AGOA : LES ETATS-UNIS METTENT FIN AUX ACCORDS AVEC LE CAMEROUN

Le président américain a annoncé jeudi qu’il va mettre fin aux accords commerciaux préférentiels avec le Cameroun suite aux  « violations systématiques des droits de l’homme » dans le pays.

Selon le communiqué qui révèle cette information, cette suspension devrait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2020.

Il faut comprendre à travers cette décision, la volonté du président américain de retirer le Cameroun de la liste des pays d’Afrique subsaharienne bénéficiant de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA).

L’African Growth and Opportunity Act est une loi américaine qui date des années 2000. Elle a été adoptée dans le but de soutenir l’économie des pays africains en leur facilitant l’accès au marché américain s’ils suivent les principes de l’économie libérale.

« Je prends cette mesure parce que j’ai déterminé que le Gouvernement camerounais s’est rendu coupable de violations flagrantes des droits de l’homme internationalement reconnus, en violation des conditions d’éligibilité énoncées à l’article 104 de la Loi sur les agglomérations et dans les agglomérations » explique le président américain dans -une version traduite en français de – son  communiqué adressé au Congrès.

Ce n’est pas la première fois que la Maison blanche suspend des accords de coopération avec le Cameroun. En  fevrier 2019, Washington a pris la décision de réduire son aide militaire, évalué à près de 17 millions de dollars (environ 10 milliards de FCFA), au Cameroun.

Ces suspensions d’accords de coopération se sont multipliées depuis l’avènement du conflit armé entre l’armée républicaine et les sécessionnistes dans le Nord-ouest et du Sud-ouest, deux régions camerounaises affectées par une crise sociopolitique depuis 2016.

Il est important de préciser que cette décision de Washington aura  un impact sur les échanges commerciaux entre les deux pays. Des échanges qui s’élevaient à plus de 212 milliards de FCfa en 2018 selon l’ambassade des Etats Unis au Cameroun.

Jean-Christian Nselel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *