PLACEMENT DES TRAVAILLEURS : 15 ENTREPRISES MISES EN DEMEURE

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle leur reproche entre autres le refus de se soumettre aux opérations de contrôle et le déménagement pour des locaux indécents.

D’une manière générale, les 15 entreprises de travail temporaire et des offices privés de placement des travailleurs épinglées par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Mine-fop), ont péché par leur entrave au contrôle. C’est en tout cas le principal fait que leur reproche Issa Tchiroma Bakari qui, dans un communiqué publié hier, révèle qu’il a fait un constat relatif à la réticence dont plusieurs promoteurs ont fait montre face aux opérations de contrôle effectuées par ses services.

Ce constat découle en effet des rapports des équipes du Minefop qui ont récemment effectué des descentes dans les régions du Littoral et du Centre. Selon le ministre, en plus de cette opposition au contrôle, « des structures cibles ont procédé à un changement des emplacements officiellement déclarés, pour occuper des locaux indécents et inappropriés ». Certains encore se sont illustrés par le refus de produire les données statistiques relatives aux chercheurs d’emplois insérés.

« Ces dysfonctionnements constituent des atteintes à l’article 2 de l’arrêté portant octroi d’agrément à ces promoteurs et ne sauraient être tolérés », explique Issa Tchiroma Bakari dans le communiqué. D’après lui, les agissements des promoteurs contribuent à diluer la dynamique d’assainissement du secteur de l’emploi soutenu par le gouvernement, du fait de sa contribution à l’éradication du chômage et à la création d’emplois décents.

Actu Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *