LE PRÉSIDENT DE SCHALKE 04 SUSPENDU APRÈS DES PROPOS RACISTES SUR LES AFRICAINS

Le président du conseil de surveillance du club de première division allemand Schalke 04 avait tenu, la semaine dernière, des propos largement condamnés contre les Africains. Mardi soir, le comité d’éthique du club a opté pour une sanction modérée.

 « L’honneur perdu de Schalke 04 ». Le magazine Der Spiegel, par une référence à un classique de la littérature allemande contemporaine, condamne comme la plupart des médias la décision du comité d’éthique du club de football.

Cette instance a décidé mardi soir que le président du conseil de surveillance de Schalke a tenu des « propos discriminatoires mais non racistes ». Clemens Tönnies est donc suspendu de ses fonctions pendant trois mois.

Ce dernier avait critiqué la semaine dernière, dans un discours, l’introduction de taxes carbones pour lutter contre le réchauffement climatique. L’homme d’affaires avait alors prôné la construction de centrales électriques en Afrique, ajoutant : « Comme ça, les Africains arrêteraient d’abattre des arbres et, lorsqu’il fait sombre, de faire des enfants. »

Des propos qui ont soulevé une polémique à l’heure où le football allemand lutte contre des dérives d’extrême droite dans les stades. Lundi, le club de troisième division de Chemnitz a par exemple limogé son capitaine, accusé de sympathies néo-nazies.

Blanc-seing

Pour Der Spiegel, les supporters extrémistes ne peuvent que se sentir encouragés dans leurs positions par la décision de Schalke 04.

Le président de la commission anti-discrimination allemande a parlé de propos « racistes ». L’ex-attaquant du club, Gerald Asamoah, s’est dit pour sa part « choqué, surpris et blessé ».

La commission d’éthique de la fédération allemande de football va évoquer la polémique la semaine prochaine.

Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *