CAMEROUN – INITIATIVE: LA COMMISSION NATIONALE ANTI-CORRUPTION VEUT LUTTER CONTRE LA CORRUPTION PENDANT LES ÉLECTIONS

L’Institution organise une campagne de sensibilisation qui va se dérouler du 22 juillet au 04 août 2019.

Selon le président de la Commission Nationale Anti-Corruption (CONAC), Dieudonné Massi Gams qui a donné une conférence de presse ce 11 juillet 2019 à Yaoundé, à l’occasion de la journée africaine de lutte contre la corruption, des cas de corruption ont été enregistrés lors des dernières échéances électorales au Cameroun.

Sans citer les noms des partis politiques incriminés, le président de la CONAC soutient que «la corruption électorale est l’une des pires formes de corruption. A ses yeux, elle facilite l’élection de leaders qui ne pourront jamais s’engager dans la lutte contre la corruption, la protection de la fortune publique», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Le Jour édition du vendredi 12 juillet 2019.

Pour favoriser l’avènement des leaders intègres, «l’équipe de la CONAC sillonnera les axes routiers majeurs du pays avec des arrêts dans les villes, villages et points de fortes convergences pour éduquer et sensibiliser les populations du 22 juillet au 27 juillet 2019».

 L’initiative baptisée «CONAC Road Show» est placée sous le thème «Des élus intègres et respectueux de la loi pour un Cameroun prospère». L’objectif est «d’éveiller la conscience collective sur les méfaits de la corruption électorale et le rôle des électeurs dans la sélection des élus intègres, de susciter une adhésion populaire afin que le Cameroun atteigne une masse critique d’acteurs positifs prêts à dire: Non à la corruption», précise notre confrère.

Cette opération  qui va se dérouler  pendant toute la période préélectorale, s’inscrit «dans le cadre de la prévention ; elle veut tirer le meilleur de cette option en allant au-delà des activités de veille qu’elle a toujours menées lors des consultations électorales à une action de prévention active», souligne le journal.

En ce qui concerne les sanctions, «nous voulons que tous les secteurs du pays s’arriment à la lutte contre la corruption. Chaque fois qu’un cas s’est présenté comme c’était le cas lors des dernières élections, nous avons fait des rapports. Il ne sous appartient pas de suivre l’exécution des sanctions. A la fin, ceux qui en sont chargés sur le plan judiciaire s’en occupent. Nous n’irons pas dans les maisons pour l’instant mais les partis politiques et les médias ont un rôle important à jouer. Quand les projets ne sont pas réalisés à cause des leaders corrompus, c’est la population qui souffre», a affirmé Dieudonné Massi Gams. D’après lui, «la CONAC n’interfère pas dans les élections mais si elle est saisie, ses équipes font des descentes sur le terrain».

Cameroon-info.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *