ECONOMIE: LA RUSSIE VEUT INTENSIFIER SES ECHANGES AVEC L’AFRIQUE

Le Forum économique de Saint-Pétersbourg s’achève ce 8 juin en Russie. Le rendez-vous d’affaires le plus important du pays attire un nombre croissant d’entrepreneurs africains. Les relations d’affaires entre la Russie et l’Afrique ne cessent en effet de se développer.

La Russie entend jouer un rôle accru sur le continent africain au plan diplomatique, stratégique, mais aussi économique. En 2018, les échanges entre les pays africains et la Russie ont franchi la barre des 20 milliards de dollars et pourraient encore augmenter.

« Nous avons l’objectif stratégique, d’ici à 2024, de doubler nos exportations vers l’Afrique, hors matières premières, assure Nikita Gusakov, directeur général d’Exiar, l’agence publique de soutien aux exportateurs russes. Aujourd’hui, l’Afrique est le seul continent où une croissance à deux chiffres est possible ».

Liens établis à l’époque de l’URSS

La Russie arrive tardivement sur le continent africain, bien après les puissances occidentales, la Chine, l’Inde ou la Turquie. Elle a pourtant une carte à jouer, ne serait-ce qu’en raison des liens noués à l’époque soviétique.

« L’Union soviétique a joué un rôle très important dans l’indépendance des pays africains mais lorsque ces pays ont pris le contrôle de leurs économies, dans les années 1990 et 2000, la Russie était aux abonnés absents, explique Benedict Okey Oramah, le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank). Il est donc très satisfaisant que les autorités russes aient décidé ces dernières années de s’investir de nouveau en Afrique ».

Pour réussir son retour, la Russie a engagé une véritable opération séduction en direction du continent africain. La prochaine étape sera l’organisation du tout premier sommet Russie-Afrique, en octobre prochain à Sotchi, sur les bords de la mer Noire.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *